Emmanuel MACRON succède à François Hollande à l’Elysée après sa victoire face à Marine Le Pen. A seulement 39 ans, le leader du mouvement En Marche élu avec 65% des suffrages, réussit ainsi sa marche vers la plus haute fonction de son pays. Le challenge accompli d’un homme passionné et éclairé qui a tenu à briser tous les codes sur son passage.

Abdoul Aziz AGNE, correspond permanent en France

C’est sans grande surprise que le chef de file du mouvement En Marche a été élu président de la République française. Une consécration qui est l’aboutissement d’une longue campagne électorale mouvementée et parfois aux allures virulentes.

Et pourtant le chemin de sa détermination était déjà engagé aux premières heures de son existence. Du haut de son mètre 73, le nouveau président de la République française a su lever très tôt la tête pour se forger une voie singulière en politique. Cela, au point de  briser volontairement tous les codes et projections. Sa posture de synthèse gauche – droite affichée dès le lancement de son mouvement en avril 2016, était perçue par bon nombre d’observateurs comme une aventure à l’issue incertaine. Mais force est de reconnaître que c’est au gré des déboires juridiques de François FILLON que ce « Mozart de la politique » s’est positionné comme un prétendant sérieux à ce poste de Président de la République. Baraka ou simple détermination d’un homme éclairé qui se sentait investi d’une mission d’embarquer son peuple dans une longue marche de renouvellement politique ? Les nombreux ralliements enregistrés dans sa foulée, avaient fini par convaincre plus d’un sur sa chance d’être porté à la plus haute fonction. « L’évolution de son mouvement En Marche en si peu de temps, montre que c’est un vrai leader », se défendait le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian au lendemain de l’annonce de son soutien à Emmanuel MACRON.

Pourtant rien ne prédestinait le jeune Emmanuel, de parents tous deux médecins, à cette disposition. Ayant vu le jour  le 21 décembre 1977 à Amiens, le nouveau successeur de François HOLLANDE a subi un premier échec au concours d’entrée à l’Ecole Normale Supérieure. Un trébuchement qui l’amène à se rebiffer en décrochant en 2001 le diplôme de Sciences Po de Paris et le ticket d’entrée à l’Ecole Nationale d’Administration (ENA) en 2004. Ce diplôme en poche, MACRON intègre l’Inspection Générale des Finances.

Mais le météore MACRON se met en orbite avec sa nomination comme Secrétaire Général Adjoint de la Présidence en mai 2012, puis au Ministère de l’Economie le 26 août 2014. Passionné et toujours habité par sa ferme volonté de faire bouger les lignes, le nouveau Président français quitte le gouvernement socialiste le 30 août 2016 pour prendre son destin entre ses mains. Cela avec cette particularité inédite selon laquelle il n’a jamais été parlementaire encore moins élu à un poste à l’échelle locale. Mais c’était sans compter avec la ténacité de l’ancien ministre de l’économie qui avait à cœur de prouver qu’une autre façon de faire de la politique est bien possible.

La curiosité autour du tout nouveau et jeune président de la République française est surtout élargie sur son épouse Brigitte MACRON de 24 ans son aînée. Un couple qui, certainement, n’a pas encore fini de révéler ses secrets et son style de gouvernance.

Mais, en attendant, le Président MACRON qui ne bénéficiera pas d’une période de grâce, devra s’occuper d’urgence des nombreux dossiers qui l’attendent sur sa table. Car le troisième tour sur fond social, risque d’être très mouvementé au point de lui imposer la cohabitation aux prochaines législatives.