Les informations selon lesquelles il y a une crise universitaire sont dénuées de tout fondement, à en croire Pr Moustapha Sall, Conseiller technique du ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

Ce dernier a confié, hier, à la presse, que la situation se présente bien pour la rentrée universitaire. «Il n’y a aucune crise universitaire. Il suffit de faire le tour des universités à l’heure actuelle, pour se rendre compte qu’il n’y a aucune situation alarmante», a déclaré le Pr Sall.

Et d’ajouter : «A l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, les examens de rattrapage ont démarré depuis le 1er octobre. L’heure est aux études pour le rattrapage. Les autres Universités sont dans le même tempo.  A Thiès, ils sont en train de faire le rattrapage. Idem à Ziguinchor. A Saint-Louis, à l’heure actuelle, il y a deux UFR qui sont en train de terminer les cours pour faire les rattrapages. Les autres UFR, il n’y a pas encore de rentrée. A Bambey, c’était un problème d’assainissement qui est en train d’être résolu».

Sur sa lancée, il dira : «A Saint-Louis, ce qu’il faut retenir, c’est qu’il ya la coordination qui est en mouvement en disant que ça ne concerne que les étudiants qui vont venir. L’Assemblée générale de l’Université avait exclu 4 étudiants et a suspendu la Coordination de Saint-Louis. Nonobstant cela, la Coordination a été reçu par le ministre. Concernant le volet social, ils ont parlé de logements. Le ministre a assuré qu’il y aura 2000 lits supplémentaires. Par rapport à la restauration, le ministre a pris des mesures».

«Il y a également le problème de l’assainissement. Le ministre leur a expliqué que ce volet était géré par un autre ministère. Il a décidé de prendre lange avec son collège et son ministère va donner sa contribution. Sur la question de l’eau, le ministre a également pris des mesures. Le château d’eau est très avancé. La subvention de la commission sociale a été portée à 10 millions. Ils ont réclamé des climatiseurs dans les espaces de restauration. Le ministre a dit non. Sur tous les plans, l’Université est prête pour accueillir les nouveaux bacheliers», a également souligné le Conseiller technique.